Marine Le Pen et le travail des femmes : un vide sidéral !

, popularité : 6%

Marine Le Pen a été longuement interviewée par BFM le 16 octobre dernier.
Pourquoi revenir sur cette émission ? Parce que Marine Le Pen a été, entre autres choses bien sûr, questionnée sur les inégalités salariales entre les femmes et les hommes par une journaliste pugnace et déterminée qui ne la lâchait pas. Et donc, cette émission a révélé au grand public le peu de propositions du FN concernant un domaine très important des droits des femmes, celui de l’autonomie financière, lui qui se dit grand défenseur de la cause.
MLP s’exprime aussi sur le féminisme, sur l’interdiction des signes ostensibles dans l’espace public, sur le mariage pour toutes et tous et nous répète à l’envie que le plus grand danger qui pèse sur les femmes, c’est le fondamentalisme musulman .

Nous avons reproduit in extenso ses propos, sauf lorsque c’est signalé par (…) et synthétisé parfois ceux de la journaliste. 

Journaliste. « Est ce que vous iriez aujourd’hui jusqu’à à vous définir comme une féministe ? »

MLP : "Je ne sais pas ce que ça recouvre, le féminisme. Ce que je vois moi c’est qu’un certain nombre de droits des femmes sont en train de reculer, notamment sous la poussée du fondamentalisme islamiste, dans l’indifférence générale de ceux qui se disent précisément féministes. Et notamment de ces associations, organisations de gauche qui sont prompts à s’élever contre des dangers qui n’existent pas à mon avis mais qui en revanche ferment les yeux sur un danger qui existe, ont minimisé l’affaire des viols de masse de Cologne, minimisent la manière dont les femmes françaises aujourd’hui sont victimes de pressions dans les quartiers qu’elles soient d’ailleurs, catholiques, musulmanes ou qu’elles ne croient à rien, la question n’est pas là. Et face à ces fondamentalismes islamistes qui souhaitent reléguer la femme d’abord derrière des vêtements, que ce soit des burkini, des burquas ou des voiles puis cherchera demain à les reléguer sur le plan juridique, sur le plan de leur citoyenneté , je n’entends personne s’élever, et bien moi je m’élève car je pense que c’est un très grand danger qui pèse aujourd’hui sur les femmes françaises."

Nos commentaires : nous nous élèverions contre des dangers qui n’existent pas ???? lesquels ?
Les féministes auraient minimisé Cologne ? Voir ici l’appel d’associations féministes et « généralistes », de syndicats et de partis à un rassemblement « Contre les violences faites aux femmes, contre le sexisme, contre le racisme » le 18 janvier 2016. http://collectifdroitsdesfemmes.org... .
Marine Le Pen dresse ensuite un tableau apocalyptique de ce qui se passe dans certains quartiers pour mieux se présenter, comme elle le fait habituellement, en dernier recours. Et même elle laisse sous entendre que toutes les femmes seraient concernées partout.
Personne ne s’élèverait contre le voile ou autre, personne ne s’élèverait contre les pressions ? Allons donc ! Depuis 2004, la majorité des féministes disent que le voile est un instrument d’oppression et dénoncent les conditions faites aux femmes dans certains endroits. Elles le disent dans un but d’émancipation et de liberté alors que le FN le fait dans un but d’exclusion prétendant l’incompatibilité des cultures.

Journaliste : sur votre site je n’ai pas trouvé de propositions concernant les inégalités salariales, le temps partiel subi. Vous proposez uniquement un salaire maternel : 80% du smic pendant 3 ans si une femme choisit d’élever ses enfants et d’abandonner son travail. « La place des femmes est-elle au travail ou au foyer ? »

MLP : « Défendre les droits des femmes c’est ni leur dire vous allez rester à la maison, ni leur dire vous allez être la variable d’ajustement de l’ultra libéralisme échevelé et d’une violence inouïe qui va consister à être les éléments de contrats de travail qui sont complètement dérégulés. On va vous faire travailler 2 heures le matin, 3 heures le soir, vous faire faire des dizaines de kilomètres, etc parce que vous êtes la variable d’ajustement, parce que vous êtes des femmes, parce que vous êtes des jeunes.Faut laisser le choix »

Journaliste : les femmes n’auront pas le choix : avec cette mesure elles vont choisir de facto, compte tenu des inégalités salariales entre les hommes et les femmes, de rester à la maison.
La journaliste souligne le vote des deux députés contre toutes les mesures visant à lutter contre l’inégalité salariale.

MLP : « Nous luttons aussi contre l’inégalité salariale, je pense que personne n’est d’accord ».

Journaliste « Quelles sont les mesures ? »

MLP : « Et bien regardez dans le projet de 2012, vous les retrouverez d’ailleurs dans le projet 2017. Est ce qu’on a droit encore une fois de faire une hiérarchie ? »

Journaliste « C’est la question que je vous pose. »

MLP : « Moi je considère encore une fois que l’inégalité salariale, je suis bien placée pour vous le dire, je suis une femme, est évidemment scandaleuse.
Mais encore une fois le gigantesque danger qui pèse sur le droit des femmes aujourd’hui est je crois objectivement le fondamentalisme islamiste.
Concernant l’utilisation des femmes, j’ai été je crois été la seule à mettre en cause la grande distribution, la seule. D’ailleurs vous n’entendrez jamais les responsables politiques mettre en cause la grande distribution, c’est étonnant. J’ai été la seule à le faire en disant que la manière dont ils se comportaient avec leurs salariés et notamment avec leurs salariés femmes, était tout à fait inadmissible. Moi je crois à la politique, à la politique avec un grand p donc je pense que la politique peut intervenir sur ce sujet là. »

Journaliste : mesures concrètes ?

MLP : "Non, nous avons des mesures concrètes"
Elle prend un air de confidence : « j’ai quelque chose à vous dire. Le projet 2017 n’est pas sorti. »

Journaliste : est ce que vous cautionnez les propos d’Agnès Marion, conseillère régionale FN Auvergne Rhône Alpes qui préside un cercle Famille. Elle assiste à un colloque hier où était le vice président Louis Aliot et elle a fait cette déclaration :
« L’émancipation de la femme par le travail salarié est une marotte bourgeoise »

MLP : « Non, je ne sais même pas ce que cela veut dire, je pense que ça doit être sorti de son contexte. Encore une fois : est ce que je suis pour que les femmes travaillent, oui, est ce que je suis pour qu’elles soient traitées de manière égale avec les hommes, oui en tous domaines, en toutes circonstances, quelque soit le sujet et je crois qu’ en tant que dirigeante politique j’ai peut être effectivement aussi une responsabilité plus lourde encore pour faire avancer ces sujets là.
Donc vous ne m’attraperez pas sur une volonté quelconque de renvoyer les femmes je ne sais où »

Journaliste : « on attend du concret avec votre programme. On attend »

Nos commentaires : séquence évidemment très instructive. On voit ici la vacuité des propositions de celle qui prétend défendre les femmes, et qui dénonce les inégalités salariales, les temps partiels contraints, les contrats de travail dérégulés, la grande distribution qui malmène ses salariè-e-s. Une seule mesure émerge : le « salaire maternel ». Celui ci est appelé dans le programme de 2012 « revenu parental », qui se veut plus présentable puisque pouvant concerner l’un ou l’autre parent. Mais Marine Le Pen ne prend même pas la peine de corriger. Aucune autre mesure n’est prévue dans le programme de 2012... Un peu court, non !
Et dès qu’elle peut, Marine Le Pen ripe sur sa marotte : l’islam politique.

MLP : « Déjà vous aurez du concret avec le burkini »

Marine Le Pen explique ensuite qu’elle interdira tous les signes ostensibles (sauf ceux du personnel religieux) dans l’espace public en étendant la loi de 2004 qui ne s’appliquait qu’à l’école.
Ce sera l’interdiction du Burkini par la loi. « Je sais que c’est un sacrifice qui est réclamé mais je crois que la situation est trop grave aujourd’hui. L’Islam politique se sert en réalité des femmes et fait une pression incroyable sur beaucoup d’entre elles précisément pour imposer cette visibilité de l’Islam politique » (…)

Nos commentaires : mesure radicale, on sort de la loi de 1905 de séparation entre les églises et l’État pour interdire toute manifestation religieuse dans l’espace public.

La Journaliste revient sur la Manif pour Tous qui manifeste le jour même.

MLP : (...)« Je souhaite un PACS amélioré, je l’ai toujours dit, d’ailleurs je pense que l’immense majorité en réalité des homosexuels ne réclamaient pas le mariage homosexuel, ça a été une revendication d’une minorité, qui, ça arrive, parle ou croit pouvoir parler au nom de tous. En réalité beaucoup d’homosexuels réclamaient une amélioration du PACS, la prise en compte notamment du maintien dans les lieux en cas de décès de l’un d’eux, de la transmission du patrimoine, c’est cela que je compte faire. »

Journaliste : « vous abrogerez, vous réécrivez ? »

MLP : « On réécrit , on supprime le mariage, on remplace le mariage par une forme d’union civile avec les éléments que je vous ai indiqués ».

Journaliste : « Et l’adoption par les couples homosexuels ? »

MLP : « Je suis opposée à l’adoption par les couples homosexuels comme je suis d’ailleurs opposée à l’adoption par des célibataires, je suis extrêmement opposée à la GPA que je trouve le summum de l’inhumanité, puisque ça consiste à la marchandisation des corps, considérer que les enfants sont des produits que l’on : peut acheter, que les ventres peuvent être loués comme on loue une camionnette pour transporter quelque chose, c’est quelque chose qui me heurte au plus profond de moi et je crois qui heurte beaucoup de Français donc j’y suis très opposée. »

Nos commentaires  : bien que Marine Le Pen se soit bien gardée d’aller à la Manif pour Tous puisque visiblement elle estime indigne de sa future fonction de présidente d’aller battre le pavé, bien qu’elle prétende ne pas être lesbophobe ou homophobe, les mesures qu’elle préconise sont celles de Ludovine de la Rochère, présidente de la Manif pour Tous. Elle veut, en supprimant le mariage, restreindre les droits des lesbiennes et des gays avec son Pacs amélioré. Au passage, elle réécrit l’histoire à sa manière sur les aspirations des lesbiennes et des gays.
Elle refuse aussi l’adoption pour les couples lesbiennes ou gays. Comme Ludovine de la Rochère. Elle qui se prétend moderne, reprend le vieux fond catho réac.
Comme la Manif pour Tous, elle se bat contre la GPA avec les mêmes arguments que les féministes mais, visiblement, en défense de la famille traditionnelle.

Marine Le Pen se dit moderne. Mais grattez un peu, le vieux fond rétrograde et passéiste affleure derrière les sourires et les clignements d’yeux !

PNG - 46 ko

Voilà, une démonstration de ce que nous disons.