Politique municipale du -FN 4- : Logements

, popularité : 9%

Comme toute mairie qui préfère les riches aux pauvres, la politique d’urbanisme du FN vise à introduire des projets immobiliers privés, plutôt que des logements sociaux.

C’est le cas avec Stéphane Ravier, maire du 7e secteur de Marseille. Pour justifier, lors d’un conseil municipal en avril dernier, son refus de la construction de nouveaux logements sociaux, il affirme : « Tant que cette politique-là sera mise en œuvre, en plus de la préférence étrangère de fait, (…) ce sera non pour nous ». Outre les grands discours sur la légende de la « préférence étrangère », le maire FN démontre que des logements sociaux, pourtant nécessaire à beaucoup de salarié-e-s ou de privé-e-s d’emploi, ne sont pas envisageables en terre FN.

Certains autres maires FN et RBM vont plus loin.
Marc-Etienne Lansade, le maire de Cogolin rappelle, dans Var-Matin du 7 janvier2016, que les fondamentaux de sa politique sont « la sécurité, l’esthétique, l’animation ». Il explique aussi que sa référence économique est...la Norvège (et son fond souverain) et qu’il voulait créer une « foncière », structure immobilière de « rapport », qui engrangerait les bénéfices tirés des 30000m2 qu’il entend faire bâtir sur 13 hectares en bord de mer, après avoir fait modifier le PLU. Rappelons que le terme immeuble « de rapport » signifie que les logements y seront très chers.
Dans une interview à ‘Var Matin’, le 29/02, le même maire plastronne : « d’une pierre brute nous allons faire un diamant ». Il confirme ainsi que sur le terrain du Yotel, ancien lieu de tourisme populaire en bord de mer, il veut créer un « village provençal » : « c’est simple, dans l’optique de la municipalité : prendre du cash pour rembourser les emprunts et investir dans l’espace urbain puis avoir un immobilier de rapport non social ... il y a 130000 m2 à construire ».
Toujours dans le même but, la mairie a racheté la concession du port de plaisance avant son terme. Elle souhaiterait que des yachts de luxe puissent venir s’y amarrer. …
A Fréjus aussi la mairie a des visées immobilières. Sur la « base nature », elle a profité d’un concert de Johnny Halliday pour raser une trentaine d’arbres et vendre une partie de la place de la République à Fréjus Plage. Des associations se mobilisent contre ces saccages et bétonnages du front de mer.
Rappelons que Fréjus et à Cogolin, situées sur la Côte d’Azur, se sont alliées, selon le bulletin de l’association « Place publique » du mois de septembre 2015, en créant au cours de l’été deux Sociétés publiques locales (SPL) dont les actionnaires uniques sont les deux communes. Cette alliance et ce montage juridique particulier permettent aux municipalités de s’affranchir de certaines règles en matière de mise en concurrence, lors d’appel d’offres. Le directeur de la SPL de Cogolin n’est autre que Jean-Marc Smadja, l’ancien bétonneur de la ville de Levallois Perret sous les ordres de Patrick Balkany…
Voici donc des exemples de la politique municipale d’un parti qui se revendique défenseur des services publics, et des « petits »….