Sens Commun infiltre Les Républicains

, popularité : 21%

François Fillon est arrivé n°1 au premier tour de la primaire de la droite puis au second tour. Il est soutenu par Sens commun, issu de la Manif pour Tous.

En décembre 2013, des personnes qui avaient des responsabilités dans l’organisation de La Manif Pour Tous forment Sens Commun, un parti think-tank fait pour peser sur la ligne du parti Les Républicains. Centré sur les questions familiales, le mouvement propose également la déchéance de nationalité sous certaines conditions, la suppression du droit du sol. Utilisant un vocabulaire d’extrême droite, et ne se démarquant véritablement de la ligne d’une Marion Maréchal-Le Pen que stratégiquement, Sens Commun est à la fois ultralibéral économiquement et ultraconservateur, et compte aujourd’hui une dizaine d’élu-e-s dans les régions et à peu près autant au niveau départemental. Et bien sûr, ces élu-e-s investissent les questions familiales ! On a ainsi vu des financements pour la contraception ou l’avortement remis en question par LR en Rhône-Alpes-Auvergne et en Pays de la Loire, ce qui aurait pu se produire sans la pression d’élus UDI. Au Conseil Régional d’ Île-de-France, Caroline Carmantrand, adhérente de Sens Commun après avoir fondé l’association membre de La Manif Pour Tous Les Mères Veilleuses, est investie Présidente de la Commission Famille et Action Sociale. On y constate que le Pass Contraception a disparu tandis que le Centre Hubertine Auclert, centre francilien dédié à l’égalité entre les femmes et les hommes, a vu son budget réduit d’un tiers, remettant en cause le bon fonctionnement de l’Observatoire Régional sur les Violences faites aux Femmes (ORVF).
Aux prochaines législatives, Sens Commun se targue d’avoir déjà quelques circonscriptions.